Lettre à mes enfants

Cette semaine, on parle beaucoup du TDAH et c’est tant mieux. Quand je pense à la cause je pense à mes enfants et je suis émotive.  Mon cœur balance entre l’espoir et la résignation.  J’espère que l’avenir sera meilleur pour ceux et celles qui ont un TDAH, qu’ils seront mieux compris et surtout acceptés tels qu’ils sont.

Mais si rien ne changeait… quel message je veux laisser à mes enfants, si je devais partir demain à l’aurore?

Chers enfants,

Vous êtes tellement beaux, je vous aime tant, malgré les embûches qui vous attendent je sais que vous allez réussir et n’en doutez jamais.

Quand vous vous trompez, encore, ne vous découragez pas, vous avez mis beaucoup de temps pour réussir tout ce que vous avez entrepris mais vous y êtes toujours arrivés.

Ne pensez pas que vous êtes imbéciles, quand votre mémoire vous fait défaut, c’est simplement le temps d’utiliser un des moyens que j’ai mis en place quand vous étiez petits, ou de trouver un nouveau moyen qui vous ressemble plus.

Ne laissez personne vous dire que vous êtes des drogués si vous prenez des médicaments pour vous aider à aller mieux et rappelez-vous que si vous étiez diabétiques personne ne vous feraient de commentaires.

Ne choisissez pas un travail seulement en fonction de vos réussites actuelles car si vous avez un travail que vous aimez, dans un milieu accueillant et ouvert aux différences, vous arriverez à faire beaucoup plus.

Vous devrez choisir un métier qui utilise vos forces, vos talents et allez chercher des outils ou des alliés pour les choses que vous n’arrivez pas à faire.

Vous n’êtes pas seulement que TDAH, lunatique, hyperactif, anxieux ou dyslexique, vous êtes d’abord des êtres humains comme les autres avec les mêmes droits.  Peut-être que vous allez devoir vous affirmer mais au moins, je vous ai montré comment faire à chaque fois que je vous ai défendu.

N’oubliez pas que vous êtes douées et capable, quand on vous en donne la chance et quand on vous fait confiance.

J’espère que vous n’aurez pas à cacher votre condition toute votre vie et qu’un jour le TDAH sera enfin vu comme un atout; pensez à votre créativité, votre spontanéité, à votre incroyable résilience et à votre capacité de vous investir à 200% dans des projets.

J’aurais bien aimé que ce soit plus facile pour vous, qu’il y ait moins d’obstacles à franchir mais au final, je pense que vous êtes plus prêts à affronter la vie, parce que vous, les échecs vous connaissez ça, vous savez comment vous relever et je suis convaincue que vous trouverez une solution.

Acquérir votre autonomie a été plus long que la moyenne, atteindre le diplôme un véritable exploit, mais jamais je n’ai pensé que vous ne feriez rien de bien.

Le réel handicap n’est pas votre TDAH mais bien les barrières que certains tenterons de mettre sur votre route vers le bonheur.

Maman

Béa

Publié dans parent & TDAH | Tagué , , | 6 commentaires

Mes souhaits pour le TDAH!

En cette semaine de sensibilisation du TDAH (du 14 au 21 octobre 2012) plusieurs bonnes actions seront soulevées, des inégalités dans notre système de santé et des lacunes dans notre système scolaire seront dénoncées, des trous de services pour les personnes TDAH seront nommés, ainsi que le manque de financement dans des organismes œuvrant auprès des personnes ayant le TDAH.

Alors j’ai pensé faire autre chose qu’on ne fait pas souvent… faire des souhaits;

J’aimerai qu’on arrête de penser que c’est ma fatigue qui fait que mon jeune est hyperactif, mais plutôt le contraire.

J’aimerai pouvoir dire ouvertement que je suis épuisé, sans pour autant qu’on me diagnostique une dépression.

J’aimerai qu’on change le regard des étrangers à l’épicerie, qui pensent que mes enfants sont mal élevés.

J’aimerai qu’on change les commentaires que j’entends, en file à la banque, parce que c’est gênant et bruyant des enfants hyperactifs.

J’aimerai ne plus jamais entendre que je choisi la facilité quand je médicamente mon enfant, parce qu’il n’y a rien de plus difficile que de faire un choix aussi négativement perçu.

J’aimerai qu’on change les rencontres avec l’équipe-école quand ils ont tous l’air d’avoir eu une rencontre avant la rencontre, parce que je me sens toute seule dans mes culottes de parent, incomprise et qu’ils ont tous l’air d’attendre que je dise « ok je m’en occupe ».

J’aimerai qu’on change les plans d’interventions qui sont souvent préparés d’avance, qui ne contiennent que des actions que mon jeune devra faire (ou ne plus faire), avec très peu d’aide concrète ou sans nombre d’heures indiqués.

J’aimerai que ce plan d’intervention ne reste pas qu’un formulaire obligatoire, consigné au bureau de la direction, mais bien un plan d’aide évolutif et aidant.

J’aimerai qu’on change les interventions faites à l’école, basées sur le comportement négatif à éliminer, au lieu d’être basées sur l’encouragement du comportement positif que l’on souhaite que le jeune adopte.

J’aimerai que tous les matins, les intervenants scolaires mettent leur compteur à zéro et ne tiennent pas compte des erreurs d’hier, comme le font les TDAH.

J’aimerai bien qu’on arrête de me demander de « comprendre » les difficultés que vivent les intervenants à l’école, mais qu’ils (elles) comprennent ce que c’est de « vivre » les difficultés 24h/365 jours.

J’aimerai qu’on change l’attitude générale d’exclusion qu’on retrouve à l’école quand on entend « si on le fait pour votre jeune on va devoir le faire pour tout le monde ».

J’aimerai qu’on ajoute, une fois par mois, un système de pige pour les enfants différents qui n’ont jamais droit aux privilèges, aux sorties, aux bonus, etc., afin qu’eux aussi puissent avoir UNE VRAIE chance!

Béa

Publié dans parent & TDAH | Tagué , , | 19 commentaires

mauvais jugement

Quand j’ai ouvert ce blog, le 30 juin dernier, ma saison d’activités était terminée, je n’avais plus de réunions pour divers comités et mes vacances débutaient.  J’étais encore euphorique du succès que j’avais eu, en seulement 3 mois, avec la page facebook de PANDA Lanaudière nord, j’avais du temps et tout plein de choses à dire.

Pleine de bonne volonté, je me suis dit que j’étais assez mature pour me structurer, j’allais me faire un plan de match et m’y tenir pour éviter de mettre 50 articles d’un coup et puis plus rien.  Et puis, je ne voulais pas que ce blog soit comme un des nombreux projets que j’ai débuté sans jamais le terminer…

Sachant très bien que ma nature TDAH ne fonctionne pas comme ça, je me suis trouvée très rusé d’avoir pensé ouvrir un document Word dans lequel j’allais pouvoir écrire plusieurs textes d’avance et de là, j’allais pouvoir « copier-coller » les textes à des intervalles réguliers pour les mettre sur ce blog.gestion du temps

Les 2 premières semaines j’ai écris 6 textes, les 2 semaines suivantes j’en ai écris 4 et puis … plus rien.  J’ai tout plein de titres et des débuts de textes mais aucun ne dépasse 2 paragraphes et aucun d’eux n’est vraiment intéressant.

À la mi-août mon travail à repris, la rentrée scolaire de mes enfants a monopolisé beaucoup de temps, mes soirées d’activités et mes réunions sont de retour et là, je me demande où j’avais la tête quand j’ai ouvert ce blog? Où je vais trouver du temps pour écrire?

Le problème ce n’est pas ce blog, ou aucun des nombreux (trop nombreux) projets inachevés qui font partie de mon histoire de vie, c’est mon mauvais jugement du temps.

Je n’arrive pas à juger du temps que me prendra un travail à faire, ni de la quantité de temps nécessaire à la préparation de ce travail.  Avoir du temps de libre « ici et maintenant » c’est avoir du temps à combler par un projet.  Je n’évalue pas que je comble 2 heures de temps libre par semaine par un projet demandant 10 heures par semaine, non!

Pour moi, c’est un « espace temps » à remplir avec un « espace projet » et les deux me paraissent être un « espace » de même grosseur.  J’ai abandonné beaucoup de projets non pas parce qu’ils n’étaient pas intéressants mais simplement parce qu’ils devaient occuper trop de temps que je n’avais tout simplement pas.

Alors je n’abandonnerai pas ce blog mais de toute évidence, je n’arriverai pas à « fournir » autant de textes, sur une base aussi régulière que j’ai d’abord estimé.  Et puis au moins, ce blog me permet ENFIN, de faire avancer un projet en verbalisant ce qui ne fonctionne pas dans mes projets.

Béa

Publié dans adulte & TDAH | Tagué , , | 7 commentaires

Ça ne me tente pas!

Certains appellent ça de la procrastination, moi j’appelle ça « la force invisible qui m’empêche de faire ce que j’ai à faire ».  C’est une force maléfique, une force envoutante… qui me paralyse.

Ceux qui n’en sont pas atteints y voient de la paresse, de la négligence ou du laisser aller.  Mais je vous le dis, c’est une souffrance atroce, c’est douloureux comme des courbatures, un mal de dent.

Wikipedia nous dit : « La procrastination est une tendance à remettre systématiquement des actions au lendemain ».  Oui mais c’est plus que ça.

Je ne remets pas à plus tard n’importe quelle action ou tâche, dans les faits, je ne choisis même pas.  Dès que quelque chose est « obligatoire et ennuyeux »  ça se déclenche automatiquement sans mon consentement.

Après deux semaines de vacances, j’ai passé une semaine complète à souffrir en pensant à mon retour au bureau.  Même des décisions que je prends moi-même (exemple écrire un article par semaine) me fait souffrir dès que je réalise que je vais devoir le faire et prévoir du temps pour le faire et ce, peu importe si quelque chose d’autre se présente.

On pourrait penser que c’est d’arrêter ce que je fais (qui me procure du plaisir) qui alimente la procrastination pourtant j’ai souvent autant de plaisir à faire la tâche que j’évite.  Parfois, dès que j’ai commencé l’autre action c’est fini, ce n’est plus difficile et d’autres fois, la difficulté de se mettre à la tâche demeure jusqu’à la toute fin.

Quand je regarde mon enfant TDAH à l’heure des devoirs c’est pareil… il passe tout son temps à aiguiser son crayon, jouer avec son efface, fixer le mur, réparer la pochette de son sac d’école, tourner sur sa chaise, etc. Il a soif ou faim, il a quelque chose à me dire ou à me faire signer… et c’est tellement évident à constater quand je ne suis pas impliqué.

Ce n’est pas scientifique mais je pense qu’il y a un lien avec l’opposition… on a de la difficulté à lâcher prise, à se soumettre.  Alors il faut travailler sur les éléments clés, c’est-à-dire « comment je me sens à ce moment précis? »

  • J’ai peur de manquer quelque chose d’intéressant?
  • Je me sens en punition?
  • Pourquoi je résiste?

Je n’essaye plus d’aimer le travail à faire car ça me demanderais trop de temps et j’argumenterais… Je plonge plutôt en me disant que je me débarrasse de cette tâche au plus vite pour faire autre chose qui me plait plus.

Béa

Publié dans adulte & TDAH | Tagué , , | 13 commentaires

Pour une rentrée réussie!

Durant l’été on a plus ou moins d’horaire; lever et coucher plus tard, heure des repas décalés, activités cérébrales inexistantes, efforts au minimum et loisirs au maximum.  C’est parfait pour refaire le plein d’énergie et décrocher mais c’est contre-productif pour la rentrée scolaire.

La rentrée scolaire est à elle-seule déjà toute une aventure remplie de nouveautés; prof, amis, classe et/ou école.  L’horaire des cours, les nouvelles matières, les comités auxquels il faut s’inscrire rapidement, les trop nombreuses feuilles à signer et toutes les dates importantes qu’il faut déjà réserver à son agenda.

En début d’année, il y a beaucoup de règles à suivre, les profs sont souvent stricts avec le respect des règles et vont rapidement avoir à l’œil les élèves qui ne suivent pas le groupe.  Cela peut mettre beaucoup de pression sur notre jeune, être perçu comme de la rigidité ou faire naître un sentiment d’injustice.

Pour de nombreuses personnes, les premières semaines d’école ressemblent à ceci; les enfants n’arrivent pas à s’endormir, le lendemain ils sont super fatigués, ils se lèvent en retard, ratent l’autobus, oublient leur matériel, etc.

Alors quand la rentrée scolaire débute avec autant d’obstacles (retards, oublis et conflits) c’est suffisant pour hypothéqué grandement la réussite ainsi que la motivation qui devrait être à son maximum à ce moment de l’année.

Le secret?  Simuler la rentrée scolaire AVANT la rentrée scolaire.

Au départ, c’est certain que vos jeunes ne seront pas enchantés, mais vous serez content(e) du résultat.  Il vous en coûtera donc 2 ou 3 semaines d’efforts mais c’est le même temps et énergie que vous en auriez dépensé durant la rentrée scolaire.

Il suffit de choisir la date de départ (2 à 3 semaines avant la rentrée scolaire) débutant par le dimanche et suivre l’horaire de l’école… sans les matières académiques.

  • On fait sa routine du soir (douche/bain, dents, préparer son linge, tâches, etc.)
  • On se couche tôt (du dimanche au jeudi soir)
  • On se lève tôt
  • On fait sa routine du matin (déjeuner, dents, habillage, lits, etc.)
  • On ne mange que le contenu de son lunch (préparé la veille)
  • On mange deux collations par jour (am/pm)
  • On s’impose une heure par jour d’effort mental (lecture, écriture, mots croisés, etc.)

Ça peut sembler peu mais c’est déjà beaucoup pour un jeune TDAH.  Même si vous vivez quelques difficultés ou ratés pendant cette période de simulation, au moins il n’y aura pas d’impacts négatifs sur l’école.  Une fois la rentrée amorcée, vous aurez déjà cette partie là de fait.

Chez nous ça commence ce dimanche à 18h. Bonne rentrée!

Béa

Publié dans parent & TDAH | Tagué , , , | 10 commentaires

Les retards

Comme beaucoup de gens je déteste être en retard à un rendez-vous.  Pourtant, ceux qui me connaissent personnellement vont rire, en lisant ceci, persuadés que je fais toujours exprès.  Ils ne croient pas que c’est lié au TDAH, ils voient juste une femme mal organisé.

C’est plus fort que moi, je n’y arrive pas, comme si une force magique exerçait une pression contre moi pour pas que j’arrive à destination.  Vous savez comme quand on pousse quelque chose de plat dans l’eau? Plus on met de force, plus l’eau exerce de la force contre nous.

Voici mes raisons;  J’ai oublié de marquer le rendez-vous, il était marqué mais j’ai oublié de le regarder, je ne trouve pas mon agenda, j’ai oublié mon agenda, je n’ai pas marqué la bonne heure, j’ai marqué la bonne heure mais pas à la bonne journée, etc.  J’ai même déjà inscrit dans mon agenda « rendez-vous 9h, ici » sans noter où était le « ICI » c’est pour vous dire combien mon esprit était ailleurs…

Souvent, quand je réussi à voir mon rendez-vous à temps ou d’avance j’oublie de calculer le  temps pour m’y rendre.  C’est donc à 10h30 que je m’interroge sur mon rendez-vous de 11h pour réaliser que c’est un rendez-vous à au moins 30 minutes de route…  Comme si la distance était facultative dans mes déplacements.

Ce n’est pas rare aussi que j’aie 2 réunions avec une heure seulement entre les deux; l’heure devant servir à dîner et à me déplacer… il est alors c’est certain que j’arrive en retard au 2e rendez-vous.

Et puis, il y a tous les imprévus; cherche mes clés, manque d’essence, dois passer à la banque, travaux & détours, autres véhicules, circulation, etc., tant d’obstacles que je ne prévois jamais, jamais…

Pour combattre cet aspect du TDAH, j’ai quelques trucs; noter mes rendez-vous 30 minutes plus tôt que l’heure réelle, insérer des blocs de temps « déplacement » entre les rendez-vous, etc.  C’est beaucoup mieux ainsi car cela me permet de VOIR le temps comme quelque chose d’incompressible, une période dont je dois tenir compte.

Malgré tout, éviter d’être en retard c’est un gros défi pour une personne ayant un TDAH, un défi qui demande beaucoup d’organisation et de discipline car pratiquement tous les critères du TDAH y sont impliqués.

Béa

Publié dans adulte & TDAH | Tagué , | 3 commentaires

Faire mon ménage…

Ah ! Le ménage, bon, au départ la majorité d’entre-nous n’aimons pas ça, et refilerait bien ces tâches à d’autres avec la lessive, les repas, l’épicerie, etc.

Mais faire le ménage avec un TDAH ça c’est un sport extrême… rions un peu.

Voici donc une journée de congé typique que je passe à faire du ménage;

Je débute ma journée devant l’évier pour laver la vaisselle du matin et un restant de vaisselle de la veille qui est resté en plan.  Je mets de l’eau et du savon dans l’évier, je place également un linge à vaisselle sous le panier, jusque là tout va bien me direz-vous? Je remarque qu’il manque un 2e linge à vaisselle qui me servira à essuyer la vaisselle propre. Je pars donc au placard de la salle de bains pour aller chercher un linge supplémentaire…

Arrivée dans la salle de bains je prends le linge à vaisselle mais constate qu’il manque beaucoup de serviettes et qu’elles ont été déplacées, alors je les replacent. J’ai une urgence pipi (probablement parce que j’entends l’eau couler dans l’évier de la cuisine).  Je me dis que je pourrai aller bien plus vite si je partais une brassée de serviettes qui se ferait pendant que je lave la vaisselle. Oups! La vaisselle.

J’arrête le robinet vite fait parce que mon évier déborde (vive les trop-pleins) et je pars faire une brassée de serviettes au sous-sol.  En passant par le salon, je ramasse 2-3 objets qui devaient être en bas mais qu’on a tardé à descendre.

En descendant, je m’enfarge dans les souliers des enfants que je range dans la penderie de l’entrée, je replace les manteaux… hop! Je tombe sur une veste que j’avais oubliée.  Je vais vite-fait la mettre dans ma chambre…

Une fois dans ma chambre, j’accroche la veste et quelques morceaux de linge que j’avais laissé sur ma commode, je commence à faire mon lit et oups, je me souviens que je devais aller faire une brassée…

Je descends, je fais une brassée de lavage.  Personne n’a transféré dans la sécheuse le linge de la veille et la sécheuse est pleine.  Alors je vide la sécheuse, je transfert le linge propre semi-humide et je fais une nouvelle brassée.

Le linge sec est presque exclusivement celui de mon plus vieux alors c’est inutile de tout monter pour le plier et tout redescendre, j’entame donc de le plier rapidement directement dans sa chambre… toujours question de « gagner du temps ».

Je range un peu ici et là, je vide toutes les poubelles en une seule, et je m’aperçois qu’il est déjà 3h.  Je monte mon panier avec quelques morceaux que je plierai plus tard.

Je cherche partout mon linge à vaisselle… je refais toutes les pièces vite-fait ; salle de bains, salon, chambre (hourra!) il est là.  Maintenant l’eau de l’évier est un peu tiède « so what ! » je lave quand même, j’ai encore tant de choses à faire…

Finalement je passe toute la journée à faire un petit peu de travail dans toutes les pièces mais aucune n’est finie et je suis épuisée.

Quand mon conjoint arrive, la maison a plutôt l’air d’un chantier qu’on vient d’ouvrir, qu’une maison qu’on a nettoyé toute la journée.

Béa

Publié dans adulte & TDAH, parent & TDAH | Tagué , | 12 commentaires

Ma médication

Depuis à peu près 3 ans, je prends de la médication pour mon TDAH. Comme tout le monde, au début c’était juste pour un temps, je ne voulais pas prendre ça toute ma vie.

Le matin je me lève, je fais ce que j’ai à faire la majorité du temps sur l’automatisme parce que ça fait plus de 25 ans que j’ai la même routine à quelques détails près.

Ensuite je prends ma médication avant de partir pour qu’elle fasse effet une fois arrivé au bureau et, je fais mon travail normalement… C’est souvent au diner ou au retour du diner que j’oublie de prendre la dose d’après-midi et là ça ne marche vraiment plus.

Je me mets à la tâche, puis je en cherchant un papier je tombe sur un autre qui m’amène à une autre tâche et puis le téléphone sonne, je réponds et voilà… je ne me souviens plus ce que je faisais.

Je peux être assis à mon écran en train d’écrire un texte et si la phrase que j’écris m’amène à une idée, qui m’amène à une autre idée… bang!  Ça recommence, je ne me souviens plus de ce que je faisais.

C’est fou je le sais mais c’est comme ça!  Pour que je reste concentrée sur ma tâche (sans médication) je dois constamment me répéter « continue, lâche pas, fini ton texte » alors si je copie le texte d’une autre feuille ça va, j’y arrive, mais si je suis en composition, vous comprenez que je ne peux pas composer et m’auto-motiver en même temps.

Habituellement, après deux oublis en plein travail je me dis « ce n’est pas moi ça » et je pense de prendre ma dose du midi.  Il est souvent rendu 14h alors j’en profite pour faire une pause car la médication prend au  moins 15 minutes pour faire effet.  Mon médecin m’a offert de passer aux longues durées, j’avais dit non mais j’y pense de plus en plus… question de maximiser mes journées.

Même mon conjoint qui est « anti-pilules » a vu une différence dans toute mon organisation à la maison (ménage, rangement, routines, enfants et même nos discussions). Maintenant il reconnaît mon TDAH et c’est lui qui me dit « ah, aujourd’hui t’as pas pris tes pilules ».

Béa

Publié dans adulte & TDAH, employée & TDAH | Tagué , , | Laisser un commentaire

Estime de soi ou confiance en soi?

Ce n’est pas clair; avoir de l’estime de soi c’est s’estimer?  Je m’estime quand je crois en moi?, quand je pense être capable de réussir?, quand je pense avoir les capacités?

On mélange souvent « estime de soi » avec « confiance en soi » parce qu’on ne connaît pas trop la définition de chacun et parce qu’on est induit en erreur dans une foule de bouquins…

En simple; l’estime de soi est un terme qui désigne le jugement ou l’évaluation d’un individu en rapport à  ses valeurs. On pourrait dire que j’ai une bonne estime de moi-même quand je suis « fière » d’un geste que j’accompli tel que; dire la vérité, aider quelqu’un, faire un don, du bénévolat.

Du même coup la « confiance en soi » est en rapport avec ses capacités, donc de la réussite… Mais quand on a un TDAH, s’il y a une chose qu’on n’est vraiment pas certain, c’est bien de réussir ce que l’on entreprend.

Une confiance en soi ça se bâtit un jour à la fois, une action à la fois et on base sa confiance sur les résultats ou plutôt, le taux de réussite obtenu, au fil du temps.  Si dans ma mémoire, j’ai plus de souvenirs d’actions ratés, de relations difficiles, de projets inachevés, de critiques et de déceptions… comment voulez-vous que j’évalue positivement mes chances de réussir?  J’aurai donc peu confiance en moi.

En se basant sur ce principe, il sera important de vivre des moments positifs le plus souvent possible pour équipée ma mémoire de souvenirs positifs afin d’être en mesure d’avoir une bonne confiance en soi.  Pour un jeune, le parent devra mettre l’accent sur les petits succès, voir même les noter dans un cahier, afin de les relire les jours de découragement.

Afin d’y parvenir seul, l’adulte devra s’équiper d’un nouveau vocabulaire pour se décrire et construire une nouvelle image; paresseux devient lent, impulsif devient actif, hyperactif devient énergique et puis créatif, intuitif, productif, etc.

La confiance reviendra un geste positif, un jour à la fois,

Béa

Publié dans adulte & TDAH, parent & TDAH | Tagué , , | 3 commentaires

Le TDAH ce n’est pas marrant!

Ce n’est pas marrant du tout d’avoir le TDAH du moins pas au début, pas tant qu’on ne comprend pas pourquoi les autres réussissent facilement et pas nous, pourquoi je réussi bien une action une journée et pas du tout le jour d’après.

Parce que le TDAH ça peut être un réel handicap dans la vie de tout les jours; pour partir à temps le matin et arriver à la maison le soir en un seul morceau, on manque la sortie sur l’autoroute, on part en oubliant de fermer la porte ou on passe 1 heure à chercher ses clés.

Qu’on souhaite se faire des amis ou garder ceux qu’on vient tout juste de se faire, le TDAH interfère dans toutes nos relations avec les autres; amis, collègues de travail, patrons, conjoint, enfants, personnel scolaire, et j’en passe.

Le TDAH est nuisible pour tout ce qui a une échéance; comptes à payer, renouvellements, abonnements, avis, garanties, etc.

Ce n’est pas marrant de constater je suis jamais capable de me mettre à la tâche jusqu’à 24 heures avant l’échéance et là je suis hyper-propulsé; je n’ai pas faim, pas soif et même pas sommeil jusqu’à la fin. Wow! Si j’avais commencé plus tôt j’aurais fait un beau travail…

Comme parent, ce n’est pas facile à expliquer pourquoi j’ai de la difficulté à organiser mes 4 enfants puisque j’ai de la difficulté à m’occuper de moi-même.  Pourquoi je n’arrive pas à trouver la feuille de sortie, la copie du bulletin ou la dernière évaluation.  Je n’arrive pas à mettre en place et à tenir des tableaux de motivation, des routines, etc.

Et puis là je tombe sur un article dans le journal qui dit « médicamenté un TDAH c’est choisir la facilité »… ouff! Je me sens coupable et je me dis « bon, je vais encore continuer sans… »

Béa

Publié dans adulte & TDAH | Tagué , , | 3 commentaires